LA MAISON DE L'HISTOIRE ET DU PATRIMOINE

La place de Genappe dans l'histoire n'est pas médiocre, quelle que soit la période envisagée. Qui n'a été surpris de découvrir au cœur du bois Goffaux à Bousval ces monticules, vestiges de tombes de l'époque préhistorique, où, comme le prouvent les découvertes faites à Court-Saint-Etienne, l'homme de nos régions côtoyait de mystérieux voyageurs, commerçants ou envahisseurs venus de Hongrie ou des Balkans.

Les traces de sites romains sont légion le long de la Dyle et, un peu plus tard, à l'époque mérovingienne (500-750), les tombes découvertes et fouillées à Ways et à Baisy-Thy par les Musées royaux, puis par le Cercle d'histoire, ont révélé une civilisation aux goûts artistiques raffinés, comme en témoignent les nombreux colliers mis au jour et plus particulièrement la superbe broche en or découverte en 1998.

Loupoigne avec sa très ancienne famille seigneuriale, son château et moulin, cité dès 969 et le Chantelet  tenu en fief par le garde des chasses des ducs de Brabant, concentrent l'intérêt pour le haut moyen-âge, mais les sites prestigieux vont se multiplier avec le développement de la féodalité et l'extension du christianisme.

Quant aux abbayes, plus célèbres les unes que les autres, elles se bousculent au portillon : Nivelles (fondée au 7e siècle par sainte Gertrude) a son alleu à Laloux (Bousval); Saint-Hubert (Ardennes) possèdera la paroisse de Baisy, suivit par Aywières qui y construit la court d'Aywières; Villers (dont les premiers moines se sont arrêtés en 1146 à la ferme de Gémioncourt sous Baisy) partage avec Aywières le rôle de décimateur à Ways et possède la ferme de Bongré à Baisy; le polyptique de l'abbaye de Lobbes fournit dès 870 la première attestation du nom de "Bousval" ("Bosonis vallis") et Afflighem, la plus présente de toutes, reçoit des ducs d'énormes étendues de terres à l'origine de la fondation de la "ville neuve" de Genappe. "Genappia nova" est dotée d'une charte de franchise dès 1211, charte qu'elle verra confirmée et étendue en 1303.

Au développement des franchises communales des 12e-13e s., correspond celui des seigneuries laïques, étendues comme celle de Promelles (qui couvre Vieux-Genappe et Glabais), Loupoigne dont seront issu, par partage, les Houtain et sans doute les Thy, ou éclatées comme les cinq seigneuries de Bousval : la Baillerie, Bousval, Wez (Pallandt), La Motte et Bourdeau. 

Genappe devient aussi un centre administratif important : le siège d'une mairie couvrant une vingtaine de villages environnants (jusqu'à Frasnes et Gosselies) et, sur le plan ecclésiastique, d'un doyenné. 
Le château lui-même abrite une cour féodale (dite "du Lothier") et reçoit des hôtes de marque : les ducs de Bourgogne et le futur roi de France Louis XI (1456-1461).

Ville de marché avec sa halle, siège du moulin banal des ducs, centre commercial et artisanal très fréquenté par les convois se rendant de Bruxelles à Namur, puis, à partir du 18e siècle, de Bruxelles à Charleroi (transport de la houille), Genappe est aussi au cœur d'une région couvertes de très grosses fermes aux bâtiments encore imposants aujourd'hui : Gémioncourt, Bois-Saint-Jean, la Croisette, Bongré à Baisy; le Hazoy et Biéquenée à Loupoigne; Courlemoine, Passavant, Hulencourt, Bruyère-Madame, le Caillou, Chantelet, le Foriest à Vieux-Genappe; Toulifaut, Courtebotte, Obais et Gras fromage à Glabais; Glabjoux sous Ways; Pontailles, la Haie, la Hagoulle, Stoisy, la ferme de la Brasserie à Houtain; Laloux, la Baillerie, Saint-Martin et Bégipont à Bousval, sans oublier toutes les basses-cours de châteaux…

Traversée par le chemin de fer Wavre-Manage dès 1855, Genappe avait, dès la fin du 18e siècle, bénéficié des développements de l'industrialisation : des forges s'installèrent le long de la Dyle à Ways, Bousval et Noirhat, bientôt relayées par des papeteries, distilleries, des filatures, des fonderies et, en ville même, l'importante sucrerie des Van Volsem créée en 1870. 
Prospère et bourgeoise, la "cité du Lothier" connaît ainsi tout au long du 19e siècle et de la première moitié du 20e siècle une vie sociale animée, tant sur le plan mondain (bals et fêtes) que théâtral, musical ou sportif. De nombreuses troupes y sont actives et la présence d'un vélodrome entre 1926 et 1940 y contribue largement. 

Depuis quelques années, un Cercle d'histoire et d'archéologie cherche à mettre en évidence l'importance de ce passé remarquable, à la fois par ses activités, ses recherches et ses publications.

GENAPPE DANS L'HISTOIRE

Cercle d'Histoire et d'Archéologie

du Pays de Genappe